vous êtes : accueil > > Système d'Information > Notion d'information> Traitement de l'information > Le traitement de l'information

Système d'Information |

Imprimer l'articleEnvoyer à un ami

NOTION D'INFORMATION - TRAITEMENT DE L'INFORMATION

LE TRAITEMENT DE L'INFORMATION

Nous avons dit que dans un système d'information, les informations étaient en interaction les unes les autres. Interaction ne veut pas dire traitement. Il s'agit à cette étape de distinguer, au sein d'un système, les interactions et les traitements.

Reprenons l’un des exercices préférés du qualiticien : le glossaire des termes qu’il emploie.

Interaction et traitement :

Ainsi, interaction signifie qu’il existe une influence réciproque alors que traitement veut clairement dire qu’il y a une transformation. Deux informations peuvent s’influencer l’une à l’autre sans qu’il y ait transformation et inversement, deux informations peuvent être transformées sans qu’aucune d’entre elle n’influence l’autre.

Exemple de deux informations qui s’influencent l’une à l’autre sans aucune forme de traitement : un prix d’achat souhaité par un client et un prix de vente demandé par le fournisseur. Il y a traitement dès que l’un des deux prix est modifié et donc il peut très bien avoir une influence réciproque sans traitement.

Lorsque le chaland s’arrête devant une vitrine affichant de nombreuses promotions, il est influencé. Les prix proposés par la boutique viennent « interagir » avec le système de valeurs (qui est un système d’information) que le chaland a dans son esprit. Mais ce même chaland a peut être d’abord été attiré par des couleurs ou des formes inhabituelles. Ainsi, le commerçant agence sa vitrine avec une combinaison de couleurs, de formes, de variétés de produits et de prix qui constituent donc un système d’information destiné à interagir sur le système de valeur du client.

Donc un système d’information est par définition le lieu d’influence réciproque des informations qu’il contient. De plus, lorsque le système d'information est bien conçu, il exerce une forte influence sur l'environnement, c'est-à-dire extérieur à lui même. Un système d’information peut donc bien très vivre et évoluer sans traitement de l’information. C’est exactement le rôle d’un texte puisque les mots ne changent pas à leur lecture. La valeur d’un système d’information provient, dans un premier temps, des interactions qu’il présente entre ses différentes informations et de l'influence qu'il exerce sur l'environnement.

Il faut rapprocher l’influence réciproque entre informations de la communication de l’information par le système qui le contient. Nous y reviendrons.

Bien sur, un système d’information sera aussi le lieu de traitement de l’information, c’est-à-dire de sa transformation. Et ceci est d’autant plus facile avec les NTIC.

On voit tout de suite la complexité d’un système lorsque interactions et transformations des informations agissent simultanément. A l’inverse, la maîtrise d’un système d’information passe par la distinction entre les interactions et les traitements.

Le terme "traitement" doit être compris dans toute sa généralité :

Un navigateur en mer traite les informations de météo, de marée et de direction des vents pour en déduire les actions à entreprendre. Le traitement est la combinaison de sa réflexion et de son expérience. Il peut évidemment s’aider de calculateur pour les évaluations.

Christophe Colomb, lors de ses traversées de l’Atlantique traitait les informations de navigation. Et l’une des informations principales qu’il avait était que la terre était ronde et qu’en allant toujours vers l’ouest, il débarquerait aux indes. De même, la découverte que la terre était ronde ne s’est pas faite de manière empirique mais a été le résultat d'un raisonnement et d’un calcul, c’est-à-dire d’un traitement.

Ainsi, nous avons :  sens + transformation = nouveau sens.

  

La valeur de ce nouveau sens est bien supérieure à celle du sens initial. C’est grâce au traitement que l’information prend de la valeur. Ici, le traitement est d’abord le fait de compétences et d’expériences qui appliquées par chacun sous une forme d’algorithmes (le pifomètre est un algorithme comme un autre).

Depuis 1950, l’ordinateur est venu aider l’être humain dans le traitement de l’information. Le modèle de traitement de l’ordinateur est plus voisin de la résolution de la logique formelle (machine de Turing) que du modèle de calcul du boulier chinois ou des algorithmes construits à partir des abaques.